rencontre frédéric moreau et mme arnoux

Sa fille était mariée à Bordeaux, et un homme qui cherche une femme luis miguel paroles son fils en garnison à Mostaganem.
Il jura que non.
Des procédés décriture déréalisent le personnage et font de lui un être abstrait presque.Je le crois, avec un amour comme le vôtre!Ce n'est pas être sceptique que de se dispenser d'être pédant.Sous ce rapport, il est logicien comme Balzac, qui inventait des choses plus vraies que la vérité même.Le coup de foudre Il est un choc incontrôlé et non le résultat d'une analyse.Ces deux substantifs fixent le ton hyperbolique du passage.Rêverie, contemplation passive ou ébauche maladroite dactions préfigurent en effet lattitude qui sera celle du jeune homme face à la vie.Il y a là l'étude approfondie de tous les types et de tous les actes bons et mauvais qui influent fatalement sur une situation particulière.Puis, immobile, et avec l'intonation singulière des somnambules : - A mon âge!Il le prouve si bien qu'on ne te croirais pas si tu disais le contraire!Le personnage ne fait semblant de regarder la chaloupe que pour mieux regarder la jeune femme." la lumière " sur " les doigts " connote la brillance, la transparence, la main diaphane, le presque surnaturel.



Il n y a de rencontre que pour Frédéric (focalisation interne à sens unique, discours indirect libre qui révèle la rêverie du jeune homme et les phénomènes de cristallisation) dans la mesure où le regard de Mme Arnoux ne rencontre jamais le sien avant.
Si elle se présente autrement, fût-ce d'une manière encore plus frappante et plus incisive, le livre est déclaré immoral.
Cette réflexion est stupide quand elle s'applique à une étude simple, car il y a des études simples comme il y a des corps simples.
1 Rapide peinture: Frédéric, 18 ans, part à Paris découvrir la vie mondaine.
Lidéalisation immédiate de la jeune femme témoigne dun phénomène de cristallisation amoureuse (cf.Dans un travail si bien fouillé, la lumière jaillit de partout et se passe d'un résumé dogmatique.Vrai jusqu'au bout, il ne finit rien et ne finit pas.Mais les ors et les blancs, qui se détachaient au milieu des ténèbres, l'attirèrent.On peut soigner les détails de cette base, c'est encore de l'art.Nous n'aurions pas non plus l'expression historique de l'art.C'était une maison basse, à un seul étage, avec un jardin rempli de buis énormes et une double avenue de châtaigniers montant jusqu'au haut de la colline, d'où l'on découvre la mer.Gustave Flaubert excelle dans ces détails, qu'on dirait saisis sur nature, dans ces mots que l'on croit avoir entendu, tant ils parlent juste du caractère et de la situation.




[L_RANDNUM-10-999]