rencontre avec les filles de bamako

Histoire pour ce dernier davoir le cœur net par rapport à la sérologie de sa proie.
Tranquillement, le client négocie le prix de la passe.
En ces temps si, les plus sollicitées sont les élèves et étudiantes maliennes qui sont rentrées dans la danse.
Safi quant à elle se plaint du comportement des nouvelles filles venues dans ce métier que sont les élèves et étudiantes : «elles ont envahi les rues, mais ce quelles ignorent, cest que faire de lamour est un art et la plupart de leurs clients.
La mise correcte, elles font des va et vient dans lespoir de tomber sur loiseau rare.Elle saccapare donc de toutes celles qui pénètrent son territoire : «jai des relations, parce que jexerce ce métier depuis 15 ans.Gazelles est le nom donnée aux jeunes filles encore pimpantes pendant que les anciennes sont surnommées les vipères.Il arrive quelle accepte moins : parfois.000F CFA.Avant de presser les pas vers lune delles.Elles vendent entre 200 F et 500 F avec en sus un sandwich ou une boisson».15 000 F est le prix planché.Farima soutient qu «elles sont vieilles, défraichies et amorties.Les rues des princesses, de Sogoniko, nous prenons lavenue de lOUA pour la rue princesse à Badalabougou.Il ajoute : «depuis ce jour là, quand je me sens stressé, je fais un tour au dehors pour me déstresser, car à vraie dire, ma femme malgré que cela fais 10 ans que nous sommes ensemble, je néprouve pas de sentiment pour elle, car.



Elle nous signale avoir parcouru plusieurs autres «coins chauds» de Bamako, avant datterrir ici, il y a exactement 7 ans : «je vis de ce métier depuis une vingtaine dannées déclare-t-elle avec enthousiaste.
Ancienne étudiante en marketing, je sais fidéliser mes clients.
Dans une ruelle lovée entre lécole Pape Gueye fall et lambassade Chine, des filles blanches habillées en robe moulante ou en collant se promènent avec une mèche de cigarette coincée entre les lèvres.Je suis les lentilles de contact guayaquil très capricieuse donc je voudrais imiter les scénarios dans les séries télévisées».Tout est question de réseau.Michel, de passage au Mali en provenance de Liège, ne nous cache pas son désir de passer du bon temps avec lune dentre elles pour dit-il «voir si elles sont bonnes et que font-elles de leur ceinture de perles?Mais en cette nuit là, jai compris pourquoi mon ami fréquentait ces filles de joie.Direction : un hôtel du coin.Cest ainsi que cette grande voie change de monde quand la nuit tombe.Une situation confirmée par un jeune homme que nous avons rencontré devant la boîte de nuit «Ibiza».


[L_RANDNUM-10-999]