rencontre amoureuse littérature anglaise

Tout irait bien dans le meilleur des mondes.
Mr Darcy, dont la mine sombre ne fait que souligner le caractère abrupt, navait pas mis en garde son ami intime.
Jane, la belle, timide et sage aînée Bennett s'éprend du nouveau propriétaire.Certes, il reste aussi une «bonne les femmes célibataires à madrid cundinamarca vieille solution» quelque peu oubliée depuis l'ère des réseaux sociaux: l'agence matrimoniale.Il semble que non: on est plus dans des relations éphémères que durables.Ces nouveaux modes de rencontre font-il rêver?De la susceptibilité humaine, qui les femmes célibataires de los andes drapée dans lorgueil, engendre la colère et peut, parfois, faire fuir lamour.Face à tous les déçus d'internet, les agences voient revenir du monde qui espère une union stable et durable.



L'anecdote : l'intrigue, devenue culte, a inspiré notamment "Le journal de Bridget Jones" et "Le cercle littéraire des éplucheurs de patates".
Bref, c'est pas gagné.
La citation culte : «Je lui pardonnerais aisément son orgueil s'il n'avait pas mortifié le mien.».
Peut-être y rencontrerez-vous l'âme soeur.Premier rendez-vous ce week-end à l'Orangerie du château de Versailles.Et quelle place a internet?Dès lors, ils se regardent en chiens de faïence : l'une a l'orgueil piqué au vif, l'autre plein de préjugés envers la pauvrette.Elle a du caractère, de l'humour et de l'esprit.Le problème : d'une condition sociale supérieure, il parvient à vexer la jeune fille qui n'a rien demandé.Internet n'a semble-t-il pas sonné le glas de ces agences.Mais les sites semblent, en revanche plus efficaces pour «la remise en couple» après un divorce ou pour les homosexuels.Mais pour qui se prend-t-il, lui, avec ses grands comme vous recherchez pour les femmes en âge sur facebook airs, son grand nom et son grand domaine?Et rien n'est jamais simple dans la vie, surtout pas dans la littérature anglaise.




[L_RANDNUM-10-999]