milliers d'annonces de madrid contacts

Au-dessus du cortège flottait de nombreuses «esteladas le drapeau rouge et jaune avec une étoile blanche sur fond bleu des indépendantistes.
Le chef du gouvernement espagnol a demandé samedi la destitution de lexécutif catalan de Carles Puigdemont et la convocation délections régionales dans les six mois, afin de reprendre le contrôle de la Catalogne, au bord de la sécession.
«Ils peuvent détruire le gouvernement, ils peuvent détruire tout ce quils veulent, nous continuerons à nous battre assure Meritxell.La manifestation, qui a rassemblé 450.000 personnes selon la police locale, était prévue à lorigine pour réclamer la libération de deux leaders séparatistes, Jordi Cuixart, de Omnium Cultural, et Jordi Sánchez, de lAssemblée nationale catalane (ANC emprisonnés pour sédition, mais elle a pris une tournure.A la manifestation participaient aussi des représentants de la droite, dont Pablo Casado, un des dirigeants du Parti populaire au pouvoir.«Lapplication de larticle 155 est excessive a regretté José Rodríguez, un fonctionnaire de 41 ans.Des refrains de supporters de football.On a atteint un point de non-retour se lamente à ses côtés Fernando Cepeda, 58 ans, ingénieur, vêtu d'un t-shirt imprimé de l'article.2 de la Constitution espagnole: "La souveraineté nationale réside dans le peuple espagnol, dont émanent les pouvoirs de l'État"."On a atteint un point de non-retour" "On ne fait rien et on va se retrouver avec un gros problème, parce que les nationalistes (catalans) montent vraiment en puissance.



«Attaque aux droits la société catalane est profondément divisée sur la question association rencontres et loisirs cucq de lindépendance mais lintervention du gouvernement espagnol dans ladministration catalane pourrait se retourner contre lui.
Buenos dias, Alquilo dos habitaciones en Barrio del Pilar, junto metro a dos pasos de Centro Comercial de la Vaguada, exteriores, mucha luz, preciosas vistas al Parque Norte y Cuatro Torres, cerca Inercambiador de Plaza Castilla que comunica con todo Madrid, calefaccion, internet Wifi, cocina.
Chaque hélicoptère de la police nationale qui survolait le cortège était sifflé par la foule qui leur faisait des doigts dhonneur.
«On veut plus de démocratie, plus de dialogue a-t-il poursuivi, rejettant des élections régionales anticipées, et qualifiant Cuixart et Sánchez de «prisonniers politiques».EN images L'occupation des bureaux de vote avant le référendum catalan.Le problème c'est qu'il n'y a pas de leader en Espagne s'agace Rafael Castillo, ingénieur de 59 ans, une écharpe aux couleurs de l'Espagne autour du cou.Des milliers de personnes ont manifesté ce samedi à Madrid pour le maintien de la Catalogne en Espagne, au lendemain du vote au parlement catalan d'une déclaration d'indépendance qui pose un défi sans précédent à l'Etat depuis 40 ans.Comment les Français jugent la saison 1 du quinquennat Macron.


[L_RANDNUM-10-999]