les femmes au brésil pour protester

Cette déferlante vient tout juste darriver en France grâce à linitiative de latinas à la recherche d'hommes à new york Modafusion, une organisation qui met en relation les créateurs français et brésiliens.
La traite des Polacas a donc duré une quarataine dannées.
Une publicité gratuite qui incite Gabriela Leite, la directrice de Davida, à diversifier la griffe.
Bien des décisions se prenaient autour des coupes de Champagne, que servaient très élégamment les demoiselles du lieu.Au Brésil, comme ces filles avaient la peau blanche et parlaient une autre langue, on ne faisait pas la différence avec les vraies françaises, dautant plus quelles les imitaient.Enfin, comme pour les Francesas, ces Polacas ont laissé un mot dans la langue brésilienne, le cafetão, ce qui veut dire le proxénète ou le protecteur de la prostituée.Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir.



Surnommé "le putain de député il approuve linitiative de Daspu, dont les revendications sont un de ses thèmes de campagne.
Moyen de changer la société, Daspu se veut dabord une thérapie pour ses filles.
Cela na été possible et accepté, que par le fait quelles véhiculaient un modèle, celui de la culture française, considérée à lépoque comme «supérieure».Le pays en alerte les autorités françaises, qui tentent de mettre en place un contrôle au départ.La prostitution doit être entendue comme une industrie et le proxénète comme un chef dentreprise qui fournit des services à ses clients." Il espère que son projet sera à lordre du jour lors du prochain mandat, mais il demeure, pour le moment, peu suivi.Grâce à cet engouement, les revendications de Davida gagnent en visibilité.Cest la pièce maîtresse du prochain défilé de Daspu, une griffe de mode lancée par un groupe de prostituées cariocas en décembre 2005.Mais certaines restent actives jusque dans les années 60, car toutes ne baissent pas le rideau!




[L_RANDNUM-10-999]