de chat avec les femmes de prisonniers

Certes, les pratiques peuvent être dissimulées et tues à lenquêtrice.
Si lusage du terme «pointeuse» est parfois rapporté (pour désigner ces détenues les ressorts de la catégorisation diffèrent de ceux en jeu dans les détentions chercher pareja à la danse masculines, où les femmes, bien quabsentes, structurent les catégorisations entre détenus (Welzer, Faure, Mathieu, 1996, 87) et subséquemment les phénomènes.
La femme est capable par ses études, par la création artistique de sublimer sa libido» (Cédric, Caen).Celui-là est impérieux, cet autre est (plus) facilement «sublimable» : il y a là, pour certains hommes, une supériorité de la «nature» féminine.Je surestimais sans doute les capacités dautocensure des interviewés et sous-évaluais celles que jaurais à mobiliser au cours de ces entretiens.Cest, à linverse, souvent un motif de fierté, annonce rencontre femme algerie chez les hommes, que davoir conçu un «bébé-parloir».Après notre réponse négative, son discours reprit sans changer de registre et se conclut, quelques minutes plus tard, par un très déroutant : «tout ça, je ne laurais pas dit à un homme, on sait jamais si ça avait été un pédé!».Par contre, concernant les couples hétérosexuels, il est acquis que, lorsquelles sont incarcérées, les femmes sont davantage quittées par les hommes que les hommes ne le sont par les femmes.Elle est davantage perçue comme problématique par les personnels masculins que leur propre présence dans les détentions féminines, vision que partage, du reste, lAdministration pénitentiaire (Inizan, Deveaux, Vetu, 2001).Il nexiste aucune donnée sur les ruptures quentraînerait lincarcération sur les couples lesbiens et mes propres recherches ne mont fourni aucune indication sur le sujet.Ils se sont écrits » (Dany, Bapaume).Avec les représentations masculines de la sexualité féminine incarcérée, nous esquisserons la vision différentialiste que partagent souvent les hommes et les femmes sur la sexualité en prison.



Non que je pensais les hommes dedans radicalement différents de dehors.
Or le traitement médiatico-politique de lexpérimentation des UVF est caractéristique de la permanence de stéréotypes sexués.
Mais si des femmes ont certains droits dans l'Islam, il s'agit alors uniquement des musulmanes ; les autres ont un statut très précaire, en particulier celles capturées durant le Djihad, qui pouvaient être violées et abusées par leurs nouveaux "propriétaires sans aucun problème de conscience.17Les discours des hommes sur la sexualité féminine en prison échappent rarement à une perspective différentialiste.Alors Allah envoya une révélation à cet égard : "Et toutes les femmes mariées sont illicites, sauf si elles sont vos esclaves en toute propriété (Coran.24.Elle suscite néanmoins dinévitables commérages (inhérents aux groupes restreints) à propos de la formation des couples, des disputes et des ruptures.20 Les recherches sur les femmes auteurs dagressions sexuelles restent peu nombreuses (Vandiver, Wal (.) 34Dans les détentions féminines, les femmes stigmatisées sont celles incarcérées pour des infanticides ou des violences (notamment à caractère sexuel) à lencontre denfants 20 en particulier lorsque ces violences ont.Précisons cependant que, conformément à larticle.


[L_RANDNUM-10-999]